Archives de Catégorie: Labels

Boxon Records, le Label électro qui monte !

Boxon Records

Boxon Records, présent sur Gkoot depuis quelques temps, est un label qui a du flaire. Nous avons posé quelques questions à son créateur Julien Minet.

Boxon Records est un tout jeune label électro bordelais, créé en 2007 par moi-même, Julien Minet.

Il est la suite logique de rencontres et d’expériences vécues, prenant forme par un heureux hasard de circonstances: diplômé en management de l’événementiel, épaulé par un copain dj et une amie illustratrice, il n’en fallait pas plus pour que l’aventure commence.

Une fois nos contrats de distribution en poche, nous avons su nous entourer de partenaires compétents et fidèles que ce soit au niveau de la distribution, de l’organisation ou des médias… Pour ce qui est du choix des artistes, la sélection est particulièrement éclectique: on y retrouve des artistes français ou internationaux, dont certains ont été découvert par l’intermédiaire du site communautaire Myspace. Une grande importance est aussi apportée à l’identité visuelle de chaque production grâce à la collaboration d’illustrateurs et de graphistes talentueux.
Boxon Records c’est tout simplement un amour inconditionné du dancefloor et le désir de faire partager cette passion. Le label occupe une bonne place au sein de la presse spécialisée (Trax, Tsugi), sur les plateformes de téléchargement telles que Beatport ou Itunes, ainsi que sur les ondes radio (BBC Radio1, Radio Nova, Radio campus, etc.). De plus, des Boxon Parties sont organisées dans toute la France (et aussi bientôt à l’étranger), avec pour principaux mots d’ordres de promouvoir les artistes du label et d’inviter des pointures de la scène musicale, pour le plus grand plaisir du public.

Pour les jeunes Artistes qui se posent souvent la question, sur quels critères un label choisit un Artiste, peux-tu nous dire rapidement comment tu fonctionnes pour trouver l’Artiste (avec un grand « A ») ?

Cela se fait souvent au feeling. Un artiste déjà signé sur Boxon peut aussi me demander d’écouter telle ou telle personne.

Si tu avais un conseil à leur donner ?

Le travail, la persévérance, la passion.

Constates-tu une différence de consommation de la musique électro entre la France et l’étranger ? Par exemple des artistes de ton label qui fonctionnent mieux à l’étranger et d’autres mieux en France, vice versa ?

Oui, par exemple, Tom Deluxx, Gooseflesh & Eclier sont des artistes qui fonctionnent jusqu’à présent bien en Allemagne et en France; Dilemn a des fans en Australie et au Canada. WAT va jouer en Angleterre, et les BOGART ont déjà fait une tournée américaine.

Est-ce qu’Internet à modifier les stratégies de développement de Boxon Records ?

J’ai construit Boxon Records avec une connexion Internet et un téléphone (rires). Concernant les stratégies de développement d’un label de musique aujourd’hui, je pense que tout est à réinventer.

Un petit mot sur les sorties à venir, je crois savoir que WAT prépare un album pour l’été ?

Yes ! L’album « Wonder » des WAT est tout simplement magnifique… Alors préparez bien vos oreilles. Avant l’été, il y a aussi au programme les nouveaux et puissants EP de Tom Deluxx et d’Eclier, ainsi que le single « Get Crazy » du prometteur Costello avec des remixes de Will Bailey et de Black Noise. A la rentrée, nous aurons le plaisir de vous présenter le nouvel EP « 3 titres » de la star allemande de l’electro: T. Raumschmiere. Sans oublier d’ici la fin de l’année le développement du projet « Bogart & The Addictives », dernier groupe en date signé sur Boxon, avec la sortie de leur album aux sonorités « pop-rock », ainsi que le premier album de Dilemn.

A noter:
Notre boutique en ligne ouvre dans le courant du mois, avec des « special » packs. Rendez-vous sur: http://www.boxonrecords.com
Ecoutez la sélection Boxon sur Gkoot : ici
Merci, à bientôt ! The BOX is ON

– Gkoot Ego Twister –

Ego Twister

Ego Twister

“Excellent stimulateur zygomaticien. On en redemande !”, souligne un auditeur comblé par la compil “Ego Twister Party Ruiners vol.2”. Et, à ce sujet, on peut aussi entendre parler de “fabuleux foutoir international électronique dans lequel tecktonik pour manchot, break presque core, rap japonais, nerd crunk ou chœurs médiévaux synthétiques font diablement bon ménage !

Le plaisir avant tout ! Et les zygomatiques en prime ! C’est un état d’esprit… Et, pour Yan, alias Edmond Leprince, rien ne vaut la musique à forte personnalité, décalée, farfelue, bizarre, festive ou déroutante.

C’est ainsi qu’en 2004, après une quinzaine d’années de compo de musique électro, Edmond Leprince sort son premier vinyle. Très attaché à l’objet “disque”, ce premier album est à l’image d’un Yan mélodique, doux, pop et quelque peu ludique… Il décide alors de crée son propre label pour pouvoir diffuser ses morceaux.

La création d’Ego Twister Records lui permet de rencontrer de nombreux artistes aux univers très très personnels. S’il accroche humainement et musicalement, il accroche globalement ! Et s’il peut s’investir autant que les musiciens qu’il diffuse dans la promotion de leurs univers, alors le tour est joué ! En gros, Yan trie ses “poulains” sur le volet et les accompagne à 100% dans la création de leur projet. Une manière d’exprimer une grande sensibilité artistique via une plateforme de découverte créée only for fun and pleasure !

Un univers artistique varié, donc, où le dance floor a autant de place que les ambiances big beat, pop ou mélodieuses, pourvu que l’esprit d’Ego Twister Records soit à l’image des couleurs éclectiques de l’arc en ciel…

– Givichy Universal – L’interview

 

givichy

Givichy Universal Logo

Le saviez-vous… ? “Des recherches récentes ont démontré qu’une dose quotidienne de samforce.net était très bonne pour la santé cardiaque et la libido des moineaux constrictor !” Le ton Givichy Universal est donné ! ¼ d’expérimental, ¼ de gros son, ¼ de parodie ou d’humour, ¼ de décalage ou de douce folie, une pincée de “Delirium”… et nous obtenons le fameux remède givichy.be, à consommer sans modération ! 

Branché musique depuis son plus jeune âge, Sam se met à l’électro dès 14 ans. Inspiré, dans un premier temps, par les mélodies des jeux vidéos puis, dans un second, par les ambiances classiques de Bartók, Debussy ou Stockhausen, les rythmes breakbeat de Prodigy et Amon Tobin,  ou l’electronica façon Athex Twin ou Autechre, Sam se met au mélange décomplexé des genres. Passionné par l’informatique, il joue avec les sons, fusionne les styles, compose et prend un malin plaisir à travailler sur les outils d’aide à la composition. Après un passage chez un net label français, AngstProd, en 2004, où il sort quelques titres, l’heure est au pari ! 

Ainsi démarre l’aventure Givichy Universal, en 2006, en collaboration avec Yvan Hinge, alias Ben. Tout commence par une dose de folie, un album de hip-hop construit à partir d’a capella de rappeurs américains, charcutés avec technique, humour et parcimonie. Givichy Universal est né. D’abord un groupe, puis un net label à part entière. L’ouverture à une fusion de styles de plus en plus large et à des artistes aussi incernables les uns que les autres. Aie ! Chaud devant ! La folie des grandeurs ? Certainement ! Mais pas que ! Une politique musicale originale, décalée, expérimentale, humoristique, parodique, provocatrice… et féminine (Vanessa Tesla, Xena Supermog, Chamylia…). Une fusion de styles très personnelle, des sons en béton, une musique dépouillée mais jamais simpliste, pointue mais jamais pompeuse, au carrefour de nombreux genres musicaux, le tout en provenance directe de Bruxelles !

– La Petite – L’interview

La Petite illustration

La Petite illustration

Collectif d’artistes depuis 2004, reprise en main par Emily en 2006 et boostée par l’arrivée de Florent en 2008, cette association toulousaine risque, en effet, de ne pas connaitre la crise ! Notamment si l’on en croit les nombreux articles de presse relatant avec enthousiasme le talents des artistes promus, le succès des ateliers d’expression corporelle et vocale dédiés aux femmes ou ceux consacrés à la découverte de la musique électronique.

Mais La Petite ne s’arrête pas là ! Cette structure d’accompagnement à la création innovante ne cesse de créer… et d’innover ! Objectif (entre autres) : “soutenir la jeune création”, nous confie Florent, chargé de la communication, de la diffusion et des partenariats. Une complémentarité séduisante avec Emily, directrice de la structure et chargée de la production, déterminée, depuis quelques années déjà, à développer une structure de création et de diffusion de spectacles vivants innovante.

Des projets à foison, des créations, des rencontres, des échanges, de l’éclectisme et, toujours, la célébration de l’art au féminin… Un programme riche, novateur et international avec, notamment, le lancement de festivals pluridisciplinaires, la création de nouvelles passerelles artistiques entre la France et l’Espagne et le développement intensif d’outils d’accompagnement à la création musicale.

En 2008, LaPetite apportait d’ailleurs sa touche personnelle au festival national “Les Femmes S’en Mêlent”, en organisant une première et unique édition pluridisciplinaire à Toulouse.

En bref, de l’électro, du folk et du pop folk triés sur le volet, des outils pédagogiques adaptés, un accompagnement complet de projets artistiques individuels ou collectifs, de la scène et des festivals, et une belle ouverture sur le monde. A suivre…